Top

La Villa Cavrois, près de Lille

L'HISTOIRE DE LA VILLA CAVROIS


Conçue entre 1929 et 1932, la villa Cavrois est la réalisation la plus emblématique de l'architecte Mallet-Stevens. C'est à ce titre qu'elle a été classée monument historique en 1990, puis achetée par l'État en 2001.

 

LE CONTEXTE


Au début du XXe siècle, le Nord est l'une des régions les plus industrialisées de France. Roubaix et Tourcoing sont alors un important centre de production textile, ce qui vaut à Roubaix le nom de « ville aux mille cheminées ». La société Cavrois-Mahieu, fondée en 1865 fabrique des tissus haut de gamme pour des maisons parisiennes. En 1923, l'entreprise, qui compte cinq usines, emploie près de 700 employés.
Quand Paul Cavrois, le propriétaire de cette société, décide de faire bâtir une demeure pour sa famille, il acquiert un terrain au lieu dit de Beaumont, à quelques kilomètres de Roubaix. Depuis 1870, la bourgeoisie industrielle a éloigné ses résidences des usines, afin de bénéficier d'un environnement plus sain et d'un meilleur cadre de vie. La commune de Croix, en périphérie de Roubaix, voit fleurir d'imposantes demeures bourgeoises, véritables petits châteaux, qui se caractérisent par leur style néo-régionaliste. Dans ce paysage, la silhouette moderne de la villa conçue par Robert Mallet-Stevens tranche radicalement.

LA RENCONTRE AVEC MALLET-STEVENS


En 1922-1923 Paul Cavrois fait l'acquisition d'un terrain à Croix, en périphérie de Roubaix. Il projette d'y construire une villa où loger sa famille, qui comprend sept enfants. Dans un premier temps, Paul Cavrois fait appel à Jacques Gréber (1882-1962), un architecte prisé de l'élite locale, qui lui propose une demeure dans le goût « néo-régionaliste », alors en vogue. Ce premier projet, que l'on connait par sept dessins, n'aboutit pas.

En 1929, Paul Cavrois confie la construction de sa villa à un architecte beaucoup plus novateur, Robert Mallet-Stevens.

Les deux hommes se sont probablement rencontrés à Paris lors de l'exposition des Arts Décoratifs de 1925, où le pavillon des productions textiles de Roubaix et Tourcoing jouxte les réalisations de Mallet-Stevens : le pavillon du tourisme et un square, dont les arbres cubistes, signés de l'architecte et des frères Martel, créent le scandale.
Rien ne prédestinait Paul Cavrois et son épouse Lucie à commander une telle villa : le couple n'est ni collectionneur ni lié aux milieux d'avant-garde. Ils ont sans doute été séduits par la perspective du cadre de vie sain, confortable et moderne que leur promettait Mallet-Stevens. Peut-être souhaitaient-ils également surprendre et étonner leur entourage par une demeure hors-normes. 
Quoi qu'il en soit, Paul et Lucie Cavrois, convaincus par la visite de la rue Mallet-Stevens, que l'architecte vient d'achever à Paris, lui laissent l'entière liberté de concevoir leur maison familiale, à condition de respecter strictement le budget alloué.

Mallet-Stevens élabore son projet en 1929 et la villa est inaugurée trois ans plus tard, à l'occasion du mariage d'une des filles de la famille, Geneviève.
Crédit photo : © Antoine Riollet

<div class="rf-widget" data-slug="magazine-0"></div>

À VOIR, À ÉCOUTER, À LIRE ÉGALEMENT

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré